LIFR : Tu es la maman de 3 rugbymen qui jouent en Seniors après avoir démarré en école de rugby. Raconte-nous comment tes enfants sont arrivés au rugby ?
Sylvie BLANCHOT : Mes enfants sont arrivés au rugby pour partager la passion de leur père. Pierre, notre cadet, est arrivé au club à l’âge de huit ans. L’année suivante ses frères Thomas, l’ainé, et Vincent, le benjamin, l’ont rejoint, chacun dans sa catégorie.

As-tu eu des appréhensions lorsqu’ils ont commencé à jouer ? En as-tu aujourd’hui ?
Lorsqu’ils ont commencé le rugby, mes appréhensions ont très vite disparu. J’ai vite réalisé que le risque de blessure était faible dans les petites catégories. En grandissant et en s’entrainant, ils ont forgé leur corps et surtout adopté l’hygiène de vie et le sérieux nécessaire à la pratique d’un sport de contact. Aujourd’hui, ils évoluent tous les trois en équipe sénior, au club de Rueil-Malmaison. Le risque de blessure est toujours présent, mais pas plus que dans de nombreux autres sports.

 As-tu vu tes enfants évoluer par l’intermédiaire de la pratique du rugby ?
A travers la pratique du rugby, mes enfants ont appris la rigueur, la solidarité et la persévérance dans l’effort.  Ils y ont trouvé des amis. Ils ont réussi à mener de front la pratique assidue du rugby en club (entrainement et compétition, niveau fédérale 3) et des études supérieures, ce qui en fait des jeunes hommes équilibrés.


 nem logo CIFRRetrouvez cet article sur le site internet de la Ligue Île-de-France de Rugby  (LIFR) ou dans la Newletter n°6 de Oct-Nov 2018.