lundi, 25 janvier 2016 08:07

ORSAY III vs RAC III

Écrit par Arnaud G
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Compte rendu match Orsay – Rueil (1/4 de finale de coupe) samedi 18 avril 2015.

 
Le bouclier en poche, le sourire aux lèvres, le front encore marqué par les impacts de glaçons et surtout avec de nombreux absents, voilà dans quel état s’est présenté le Caso pour ce ¼ de finale de coupe contre Orsay. Il fait beau, le terrain est très sec et donne l’impression de plaquer sur du bitume. Lors de la saison régulière, Rueil avait battu cette équipe 56 à 0 puis 32 à 14 (si mes souvenirs sont bons) et pouvait donc espérer venir obtenir un bon résultat aujourd’hui, malgré l’équipe remaniée :
 
 
 
6 avants de métiers, un nombre incalculable d’ailiers et de nouvelles vocations à jouer à de nouveaux postes pour certains… l’avant match est à l’image de l’état d’esprit du club, on se sacrifie et on joue pour les autres.
 
Mais voilà, après les grandes victoires viennent les grandes fêtes puis vient ensuite la gueule de bois. Pourtant le match avait bien commencé, de l’envie, de l’impact, de la puissance. L’entame de match ne pouvait pas mieux se dérouler pour Rueil qui marque dès la 6ème minutes via son centre Eloi qui avait déjà marqué en finale la semaine passée. Un essai magnifique, une touche bien négocié sur les 22 mètres adverses, un maul pénétrant, une avancée des gros d’une dizaine de mètres, puis PH, puis Arthur et enfin Eloi qui s’arrache pour aller aplatir le ballon en terre promise. Edouard, en l’absence du botteur habituel tente la transformation assez difficile (sur la ligne qui se situe à 15 mètres de la touche, à droite en regardant les poteaux) mais la loupe de peu, 5-0 pour Rueil.
 
Pas moins de 5 minutes plus tard l’équipe continue d’avancer, Orsay n’arrive pas à sortir de son camp, traverse le terrain en largeur et cherche les intervalles. Comme depuis le début de la saison, Rueil est solidaire et monte en défense, la pression est forte et met l’adversaire à la faute. La montée défensive fait paniquer le 15 adverse qui tente d’écarter mais Arnaud G intercepte le ballon sur la ligne des 40 mètres adverses, prend le temps de décrocher caravane, remorque et autre roulotte (pour dire à quel point j’ai eu la sensation d’aller beaucoup trop vite) afin de pouvoir aller aplatir la gonfle entre les poteaux. Edouard transforme l’essai, 12-0 pour le Caso. A peine replacé Jérôme me dit « aujourd’hui, quoi qu’il se passe après le CR est pour ta gueule. », moi qui avait dit à Eloi le matin même « putain j’ai jamais fait de CR, chaque fois j’ai réussi à m’échapper. » BIM dans ma gueule. Mais fait avec plaisir smiley
 
Bref, à ce moment la on se dit que le Caso est ce genre d ‘équipe jamais rassasié. On se dit que si  Rueil était un mec en soirée, ça serait le genre de gars à se lever le lendemain matin avec une pâteuse et un gros mal de tête du à l’abus d’alcool au Pakito, mais qui reprendrait une bière avec ses céréales afin de combattre le mal par le mal. Des génies, des animals quoi (Big up chaton).
 
Aux alentours de la 20ème, Orsay effectue quelques changements, la chaleur commence à peser sur les organismes et Rueil déjoue son rugby. L’adversaire met plus de pression (pas des bières malheureusement) et après avoir échoué plusieurs fois à quelques mètres de notre ligne inscrivent un essai suite à une mêlée bien négociée de leur part. Comme l’a signalé Laurent à la mi-temps, cet essai on ne l’aurait jamais pris avant. 12-5 le début d’une grande remontée pour l’équipe à domicile car même si leur essai n’est pas transformé, ils continuent à imposer un rythme soutenu. Les changements et leur fraicheur aidant fortement, ils campent dans notre camp et nous n’arrivons plus à enchainer les temps de jeu. Chaque ballon récupéré est aussi tôt rendu à l’adversaire qui commence à mettre des coups plus ou moins dans les règles. Juste avant la mi-temps, Rueil craque, la pénalité pour les locaux à la 35ème minute est suivie d’un essai 2 minutes plus tard. Essai transformé et Orsay prend la tête à la mi temps, 12 à 15.
 
Laurent essaie de remobiliser ses troupes, on déjoue complètement, on n’arrive pas à faire tomber les gonz d’en face, Rueil doit repartir sur de bonnes bases et le coach ne manque pas d’effectuer quelques changements.
 
Le début de 2nde mi temps est assez étrange, Rueil subit face à des adversaires qui semblent venir d’une autre division, rien à voir avec l’équipe rencontrée auparavant dans la saison. Rueil ne voit pas le ballon mais arrive à marqué un pénalité à la 55ème minute sur sa seule entrée dans les 22 adverses. S’est Alex qui a fait son entrée qui s’occuper de la pénalité, 15-15. Paradoxal alors qu’Orsay semble avoir le match en main. Ils ne font qu’attaquer mais ne marquent pas, ils perdent leurs nerfs et effectuent des fautes stupides au niveau de l’agressivité. Un coup de pied à un mec au sol, des fautes dans les mauls, des plaquages dangereux etc… l’équipe à domicile se retrouve même à 13 à m’en donné. Mais Rueil n’y arrive pas.
 
Il y a des jours sans : comme un mec qui essaie de ramener une fille de boite, il s’approche, échange des regards complices avec elle, danse avec elle, tente une approche mais n’y arrive toujours pas. Du coup il repart voir son plan Q habituel, toujours quelque chose de ramené mais pas ce qu’il espérait. A la manière de ce gars, Rueil s’approche de la ligne, joue au rugby, met de l’impact mais n’arrive pas à scorer. Du coup, après 10 min de camping dans les 30 mètres adverses sans marquer, Rueil s’en remet aux pénalités. En face des poteaux à 40 mètres, Alex tape la pénalité qui va heurter le poteaux droit, P’tit Greg est à la retombée du ballon et obtient une faute à 15 mètres de la ligne adverse. Cette fois, Alex ne fait pas de cadeau et inscrit 3 points supplémentaires, 18-15 pour Rueil à la 65ème minute de jeu, assez incroyable compte tenu de la physionomie du match.
 
Et c’est le moment choisi par l’équipe adverse pour effectuer des changements, je ne sais plus combien de mecs rentrent d’un coup mais ils changent le match. Des blessés rueillois, une grande fatigue, des centres en 2ème ligne, des ailiers en 3ème ligne… les mêlés sont cafouillés (comme pendant l’intégralité de la rencontre d’ailleurs) et Orsay en profite pour marquer un essai à la 70ème après une défense valeureuse de Rueil. Cet essai est transformé et Rueil n’a plus la force de riposter. Un autre essai (assez beau pour le jeu que l’équipe nous avait habitué à produire) à la 73ème plombe le moral de l’équipe. Rueil défend corps et âme mais ne peut résister à un assaut final d’Orsay qui inscrit un dernier essai à 2 minutes de la fin.
 
18-36 score final, 2ème défaite de la saison pour Rueil. L’équipe n’en reste pas moins fair play et va faire la haie d’honneur à l’adversaire qui n’a pas démérité. Rueil a eu un avant gout de ce qu’il l’attend la saison prochaine en division 1 en termes d’intensité et de combat. Rueil sera déversé dans une autre coup ou il pourrait rencontrer… Neuilly-sur Seine lui aussi perdant de son match, tiens donc.
 
Malgré la défaite l’équipe garde le sourire, le but principal de ce match étant le plaisir avant tout, et se retrouve autour d’une bière, de sandwichs et de compotes. De toute façon le match le plus important maintenant, c’est celui des anglais. Cette équipe reste soudée et unie même dans la défaite, ce groupe est agréable à vivre et c’est bien la l’essentiel à retenir aujourd’hui.

Arnaud G.
 

Laissez un commentaire